Argenteuil Le site de la ville d'argenteuil

Jean-Pierre Dufour

À 64 ans, Jean-Pierre Dufour, simple anonyme, est un des précieux témoins de la longue histoire industrielle de la commune et de ses environs. Aujourd’hui retraité, il enfourche son vélo de course dès que possible. Une perpétuelle histoire de relief, sans doute. Comme un axe principal à sa vie.

Bio

1948 : naissance à Argenteuil

1962 : apprentissage chez Debet et Konberger

1969 : mariage avec Nadine

2004 : retraite (bien méritée)

Grimpeur fraiseur

Jean-Pierre DufourRéminiscence d’une odeur, celle du tracteur du grand oncle, surgie à l’écoute du parcours de Jean-Pierre Dufour. Lui, c’est au sein des ateliers de mécanique qu’il a baigné dans ces effluves d’huile et de métal. Argenteuillais pur jus, accent de titi parisien à couper au couteau, il est un roc dans lequel on pourrait tailler un pan d’histoire industrielle de la ville. Vrai manuel, le certif’ en poche, Jean-Pierre entre à 14 ans en apprentissage chez Debet et Konberger. En 1962, une quarantaine d’ouvriers s’affairent dans cette usine de mécanique générale. Si l’entreprise n’existe plus, le bâtiment, qui longe les vestiges de l’abbaye Notre-Dame, devrait accueillir bientôt le chai municipal et autres espaces culturels.
Jean-Pierre décroche finalement le Cap de fraiseur dans une ambiance presque familiale. « Je m’entendais bien avec les compagnons et le patron. On s’entraidait, on prenait encore le temps d’apprendre son métier », glisse-t-il avec une pointe de regret. Un métier que ce caractère va exercer dans de multiples entreprises. Un souci ? Il change de crèmerie. Le taulier est bête comme une pioche ? Il fait ses valoches... « Trois rues plus loin, je retrouvais une place. Une année, j’ai même fait huit ateliers. Il y avait du boulot à l’époque », retrace celui qui n’a jamais connu le chômage.
Au fil du temps, il travaille pour les frères Marie et passe même, avec succès, l’essai pour entrer à la Snecma (8h pour réaliser une pièce), mais refuse finalement le poste qui ne l’enthousiasme pas. Jean- Pierre Dufour sait ce qu’il veut.
Autant d’années à rentrer les mains souillées, les vêtements imprégnés de cette fameuse odeur. « Cela me plaisait de toucher à tout. » D’autant qu’il accompagne l’arrivée des machines modernes et s’adapte avec plaisir. Notamment après être entré chez Amio, à Sannois, où il reste 28 ans. « Jusqu’à la retraite ! C’est que j’étais marié et père… » Ses premières commandes numériques sont à bandes perforées. Elles seront ensuite remplacées par des disquettes. « On mettait des heures à faire la programmation pour la fabrication d’une pièce », rappelle-t-il les yeux brillants. Ce sont les débuts du dessin assisté par ordinateur. Sous-traitants de Dassault, ils réalisent des éléments d’avions et même des premières fusées Ariane. « Ça fait quelque chose de la voir ensuite décoller alors que vous savez qu’un petit bout est passé entre vos mains », avoue-t-il.
Indolore, l’huile de coude irrigue aussi son récit. Période d’apprentissage : « Il fallait être sérieux, on ne rigolait pas. Sinon c’était la porte ! », assure-t-il. Autre exemple en fin de carrière : « Un soir, un client nous rappelle pour qu’on lui livre ses pièces… le lendemain matin. J’ai fait un saut à la maison, pris une douche, mangé un bout et suis retourné travailler toute la nuit. » Naturellement.
Grand bricoleur, il donne depuis vingt ans dans l’huile pour dérailleurs. Et, attention : fini de rigoler. Le vélo, c’est sérieux. Une histoire de pignons « sur rue », de fauxplats et de dénivelés gratinés, entamée il y a vingt ans avec un copain. Depuis, il sort sa bicyclette plusieurs fois par semaine, si le temps le permet. Passé 60 ans, il lui arrive encore de grimper quelques côtes respectables et d’avaler 100 kilomètres d’une bouchée alerte. « J’aime me faire mal », sourit-il. Avec son physique de grimpeur, il apprécie Virenque et Voeckler ou les plus anciens : Anquetil et Bobet. Des coureurs à panache. Armstrong ? Jamais été son genre. Preuve que la roue tourne pour tout le monde.

S.Le.

Plan du site

Ma Mairie

Mes démarches

Ma Ville

Participation citoyenne

Actualités

Mairie d'Argenteuil

12-14, boulevard Léon Feix
BP 721
95107 Argenteuil Cedex
(France)

Tél : 01 34 23 41 00
Fax : 01 34 23 44 44