Argenteuil Le site de la ville d'argenteuil

Paul Bedhaine

Décédé il y a 15 ans, l’Argenteuillais Paul Bedhaine avait rejoint de Gaulle à Londres pendant la Seconde Guerre mondiale. Parachuté pour de dangereuses missions, sa bravoure fut saluée par la Légion d’honneur et… la Reine mère.

Bio

1918 : naissance à Lourches (Nord)
1980 : malade, il doit quitter la Snecma
1999 : décès à Argenteuil

«Je ne dis pas Bedhaine, je dis Paul ». C’est le général de Gaulle qui parle, en proche reconnaissant. Du jeune homme qui effectuait son service militaire lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Fait prisonnier, il s’évade et gagne la Russie d’où il rejoint les Forces françaises libres, à Londres. Une évidence : « Il se devait de se battre pour libérer son pays », rappelle Robert, un de ses deux fils. À Londres, il est affecté aux commandos spéciaux du général de Gaulle. Et enchaîne les missions, parachuté en territoire occupé, il sabote, arrête, détruit. Paul enfile ses sangles et son courage, fait sauter l’émetteur de Radio- Paris ou ravitaille le maquis du Vercors. Ne jamais faillir, quels que soient les risques. Des qualités reconnues : de 2e classe, il passe à capitaine. Il se verra remettre une quinzaine de médailles militaires, dont la Croix de guerre, la Légion d’honneur – sur le tard – et même la Médaille militaire anglaise remise par la Reine mère. En 1945, toujours de Gaulle : « vous avez été de ceux qui ont maintenu notre pays dans la guerre et dans l’honneur ». Et contribué à la victoire.

À Londres, Paul a également remarqué Adelina, la fille du patron du restaurant où il a ses habitudes et qui deviendra sa femme. Par la suite, proche du général Billotte et du colonel de Boissieu, autres figures de la France libre, il retrouve régulièrement les anciens combattants. Mais reste d’une indéfectible discrétion sur ses faits d’armes. « Il estimait avoir fait son boulot, tout simplement », confirme Léon Duval, président du comité d’entente des anciens combattants d’Argenteuil.  Décoré par la Reine, salué par le Général C’est bien simple, son propre fils a plus appris des livres que de ses récits familiaux. La carrière militaire qui lui tend les bras à la Libération le laisse de marbre. « Là, comme dans sa vie professionnelle, il ne se voyait pas diriger des hommes », confirme Robert Bedhaine. Alors Paul, après deux séjours pour épauler le beau-père en Angleterre, est embauché comme forgeron par la Snecma au début des années 50. Élisant domicile à proximité, route de La Frette, à Argenteuil.

« Issu d’une famille de mineurs du Nord », ses convictions sont « solidement ancrées à gauche », mais il aura finalement peu milité. Ce qui ne l’empêche pas de « parfaitement comprendre les gens et leur situation », assure son fils. Et de les aider donc, sans forfanterie. Lui qui connaissait le prix du travail et des efforts. Pour qui le terme labeur ne devait pas être péjoratif, mais lourd de sens, gorgé de la sueur dégoulinant d’un front de plus en plus marqué. Une vie modeste « mais heureuse » dans les destructrices fumées des forges, à manier, et parfois recevoir sur la jambe, des pièces chauffées à plus de 1 400 degrés.

Reconnu et apprécié de ses supérieurs, il finira simplement chef d’équipe. Noblesse du travail honnête. Ce qui n’empêche pas un « caractère bien trempé », selon Léon Duval. Doublé d’une stupéfiante ouverture d’esprit. « C’était un type qui pouvait apprécier son patron et l’inviter naturellement à dîner. Comme faire la fête avec les copains de la forge. Il ne faisait aucune différence », se rappelle Robert Bedhaine. Pourtant, les fameuses fumées lui détruisent petit à petit les poumons, le poussant à arrêter de travailler et l’emportant finalement à 80 ans. Un bosseur dont on retiendra l’image d’un gentil « qu’il ne fallait pas faire chier, sourit son fils. Lors d’un bal à Orgemont, il a allongé un type qui frappait un jeunot… » 

S.Le.

Plan du site

Ma Mairie

Mes démarches

Ma Ville

Participation citoyenne

Actualités

Mairie d'Argenteuil

12-14, boulevard Léon Feix
BP 721
95107 Argenteuil Cedex
(France)

Tél : 01 34 23 41 00
Fax : 01 34 23 44 44