Argenteuil Le site de la ville d'argenteuil

Salem Saïchi

Salem Saïchi, de la section athlétisme de l’Union sportive d’Argenteuil (Usa) vient de décrocher la médaille d’argent en saut en hauteur aux championnats du monde vétérans. La dernière d’une longue liste, pour cet infatigable promoteur du travail et du beau geste.

BIO

1962 : naissance à Alger
1988 : arrivée en France
2002 : premier décathlon chez les vétérans
2014 : vice-champion du monde de saut en hauteur en salle

Une microscopique rayure au violon d’un concertiste et le voilà balloté entre colère et désespoir. Le Stradivarius de Salem Saïchi a le coeur vert cerclé d’un ovale brique, accueille une piste d’athlétisme et des sautoirs. Dieu qu’unstade est sacré à ses yeux ! À 52 ans, le directeur technique de la section athlétisme de l’Usa mène de front sa carrière d’enseignant et de sportif de haut niveau. Collectionnant les titres nationaux, il vient de décrocher celui device-champion du monde vétéran en saut en hauteur en salle. Après celui du pentathlon l’an passé. Une réussite qui doit « énormément à l’indispensable travail », assure-t-il. Né en Kabylie, alors française comme tout le pays, il passe son enfance dans un village de montagne. « Un décor fabuleux qui rappelle la Corse », se souvient-il. Mais surtout un décor qui se fait écrin naturel de sauts et courses perpétuels. « Cela a développé mes capacités, notamment de détente. » Pourtant, ce grand sportif se cantonne longtemps au football et au handball. 
Ce n’est qu’après le bac qu’on lui décèle des capacités exceptionnelles pour l’athlétisme. Décrochant deux diplômes universitaires en méthodologie du sport et sur les facteurs de la réussite sportive, c’est à l’époque qu’il intègre l’institut des sciences et de la technologie du sport d’Alger. Ce qui se fait de mieux. « Tous nos professeurs étaient russes », rappelle- t-il, en les décrivant très durs, arcboutés sur la discipline. Un héritage qu’il met encore en pratique et qui paye : il peut alors rejoindre la France et s’entraîner à Paris. « À 26 ans, je découvrais un autre monde, et je devais me prendre en charge ! » C’est donc aussi l’époque des petits boulots dans des restos ou des librairies. Ce qui ne l’empêche pas d’atteindre un « niveau national ». Mais en plus de son sport phare, le saut en hauteur, il se forme à toutes les disciplines de l’athlétisme, ce qui lui permettra de participer à des épreuves combinées. Puis laisse la compétition au vestiaire et entraîne les jeunes de quelques clubs d’Île-de-France, notamment Épinay-sur- Seine. Là même où il enseigne le sport en collège, puis lycée. Mais ce n’est pas en voisin qu’il a rejoint le club d’Argenteuil il y a cinq ans. Tout simplement en accompagnant ses jeunes athlètes sur une épreuve où il croise un de ses dirigeants.
Salem Saïchi, tout attaché à la beauté des gestes, comme celui muant le sauteur à la perche en aigle des stades, n’en demeure pas moins un gagneur. « Alors à 40 ans, je me suis dit que je me ferais bien un petit décathlon », sourit-il. Il finit 3e. Ça rigole moins. Alors depuis, il s’aligne régulièrement sur des compétitions chez les vétérans, avec le succès que l’on sait. « C’est un plaisir de m’exprimer sur un stade. J’espère aussi être un modèle pour les jeunes. » Tout en se disant convaincu que leur réussite scolaire est le corolaire des victoires sur les adversaires. Autre certitude chez ce technicien complet : « Un enseignant doit maîtriser les gestes qu’il transmet. » 
Passionné, Salem ne compte pas son temps, donne et reçoit. On le retrouve régulièrement à faire du sport avec les patients d’une clinique psychiatrique. Très sensible à ces lieux de brassage de milieux, d’âges et de maux. « Cela m’apporte beaucoup », reconnaît-il pudiquement. Comme la lecture – dont l’intégralité des Douglas Kennedy – et les voyages. En assoiffé de découvertes…

S.Le.

Plan du site

Ma Mairie

Mes démarches

Ma Ville

Participation citoyenne

Actualités

Mairie d'Argenteuil

12-14, boulevard Léon Feix
BP 721
95107 Argenteuil Cedex
(France)

Tél : 01 34 23 41 00
Fax : 01 34 23 44 44