Argenteuil Le site de la ville d'argenteuil

Patrimoine naturel

Argenteuil s’attache à entretenir la mémoire des cultures de la vigne, de la figue ou de l’asperge. Elles sont un témoignage unique du passé rural de la ville et participent de sa renommée à travers l’histoire.

Direction de l'Action Culturelle
culture@ville-argenteuil.fr
01 34 23 58 00

Le vin

 cellier

La culture de la vigne est attestée à Argenteuil depuis l’Antiquité, mais ce sont les moines de l’abbaye Notre-Dame qui lui donnent un réel élan au XIIe siècle.
Au XIIIe siècle, ce vin jouit d’une renommée qui dépasse l’échelle locale et est consommé aux tables royales de France et d’Angleterre. À la fin du XVIIIe siècle, Argenteuil est la première ville viticole de France en rendement à l’hectare, avec plus de 1000 ha de vignes sur un territoire de 1700 h.

Le vignoble, prospère jusqu’en 1850, puis décline peu à peu avec le développement du chemin de fer amenant des vins concurrents d’autres régions, souvent de meilleure qualité. À cela s’ajoutent des conditions climatiques difficiles et, à partir de 1900, l’arrivée de maladies (phylloxéra, mildiou et oïdium). Devenu pauvre, le vin d’Argenteuil est alors appelé « picolo », surnom à l’origine du verbe picoler.

Au début du XXe siècle, la réduction du vignoble, cumulée à la grande mortalité chez les viticulteurs pendant la guerre 1914-1918, assènent un coup fatal à cette culture. 
En 1996, la ville d’Argenteuil replante des ceps de Pinot noir et de Chardonnay, entretenus depuis comme un témoignage patrimonial du passé rural de la ville.

carte postale de vieux vignerons

L'asperge

récoltants d'asperges au début du 20ème siècleLa culture de l’asperge est avérée à Argenteuil depuis le XVIIe siècle, mais c’est à partir de 1850 qu’elle se généralise.

À la fin du XVIIIe siècle, les désastreuses récoltes de vin poussent les vignerons à étendre et à améliorer les cultures d’asperges en créant de nouvelles variétés. La plus célèbre, « l’asperge d’Argenteuil », vaut à son créateur Louis Lhérault, l’appellation honorifique de « Parmentier de l’asperge » en référence à Parmentier, premier à expérimenter en 1786 la culture de la pomme de terre en France. La plantation des asperges, entre les ceps de vigne, procure une riche fumure. Les résultats sont spectaculaires et les asperges atteignent une renommée internationale, obtenant médailles et récompenses aux expositions universelles.
La culture intensive de l’asperge tend à diminuer à partir de 1900, avec l’apparition de maladies et surtout avec l’extension des activités industrielles.

La figue

Dès le XVIe siècle, la culture de la figue fut entreprise à Argenteuil.

La superficie des cultures de figuiers (environ 10 hectares) égalait le dixième du vignoble argenteuillais. On en trouvait dans les quartiers de la voie des Bans, d’Orgemont et dans les anciens lieux dits « Le Tronc » ou « Vaucelles ». 
Sur quelques 91 variétés cultivées, seules quelques-unes étaient commercialisées : la figue dite « blanche d’Argenteuil », variété propre à la ville depuis le XVIe siècle, la figue rouge dite « la barbillonne », et la figue rouge-violette dite « dauphine », toutes deux répandues à partir du XIXe siècle. 
La figue fut cultivée à Argenteuil, comme à Cormeilles-en-Parisis ou à la Frette-sur-Seine, jusqu’au début du XXe siècle, mais l’urbanisation et la Première Guerre mondiale mirent fin à l’activité. 
Quelques figuiers toutefois se trouvent encore dans des jardins de particuliers, dans les quartiers d’Orgemont-Volembert ou des Coteaux.

Plan du site

Ma Mairie

Mes démarches

Ma Ville

Participation citoyenne

Actualités

Mairie d'Argenteuil

12-14, boulevard Léon Feix
BP 721
95107 Argenteuil Cedex
(France)

Tél : 01 34 23 41 00
Fax : 01 34 23 44 44