Argenteuil Le site de la ville d'argenteuil

Personnalités

Des hommes et des femmes qui ont fait Argenteuil et construit sa renommée.

Les maires d'Argenteuil

Ambroise Thomas (1811 – 1896)

Ambroise Thomas (1811 – 1896)

Compositeur d’opéra et d’opéra comique, Ambroise Thomas est une figure marquante de l’histoire musicale française du XIXe siècle. Une part importante de son œuvre fut composée à Argenteuil. Bien avant la guerre de 1870, cherchant le calme et désirant travailler plus étroitement avec son ami et librettiste Michel Carré, déjà établi à Argenteuil, Ambroise Thomas fit construire par Victor Baltard un petit pavillon Louis XV d’une architecture très pure et élégante, encadré d’un vaste jardin dessiné par Jean-Charles Alphand. Sa vaste propriété, aujourd’hui morcelée, occupait l’espace actuellement délimité par les rues Ambroise-Thomas, Ferdinand-Berthoud, Jean-Moulin et Henri-Barbusse.


Georges Braque (1882 – 1963)

Georges Braque

Artiste-peintre et sculpteur, il est, avec Pablo Picasso, l'un des initiateurs du cubisme. Son nom reste attaché à Argenteuil puisque qu’il y naît le 13 mai 1882. La maison de son enfance a disparu lors du réaménagement du centre-ville et de la construction de l’esplanade Salvador-Allende. Le musée d’Argenteuil conserve la plaque commémorative  qui était apposée sur ces murs.

Héloïse Héloïse et Abélard  (? – 1164 ; 1079 – 1142)

Élevée à l’abbaye Notre-Dame d’Argenteuil, Héloïse est ensuite confiée par son oncle Fulbert à Abélard, précepteur et théologien réputé de la Sorbonne. Après avoir entretenu une liaison secrète, ils voient leur passion découverte. Fulbert oblige alors Abélard à épouser secrètement sa nièce, mais craignant que le théologien ne revienne sur sa promesse, il commandite son émasculation.
Abélard se retire à l'abbaye de Saint-Denis, reprend un moment son enseignement, puis fonde le monastère du Paraclet, près de Nogent-sur-Seine, dont Héloïse deviendra plus tard abbesse. Il se retire à Saint-Gildas-de-Ruys, en Bretagne, où il meurt en 1142. Héloïse, entrée au couvent d'Argenteuil, d’où elle est chassée en 1129, se retire ensuite au Paraclet où elle y meurt en 1164.

MirabeauHonoré-Gabriel Riquetti, comte de Mirabeau (1749 – 1791)

En1791, Mirabeau, nouveau président de l’Assemblée nationale, acquiert le bail emphytéotique du château du Marais, séduit par la beauté du lieu qu’il connaissait, ses parents ayant vécu à Argenteuil. Dès son arrivée, il entreprend d’importants travaux d’aménagement et de décoration. Il n’en verra jamais l’aboutissement. Transporté d’urgence le 28 mars dans son hôtel parisien de la rue de la Chaussée-d’Antin, il succombe le 2 avril 1791, moins de deux mois après avoir acheté le domaine du Marais.

 Ary Scheffer (1795 – 1858)Ary Scheffer (1795 – 1858)

Peintre d’histoire, de genre, de portraits ou de scènes religieuses, mais également graveur et lithographe, Ary Scheffer est une figure de la peinture romantique française. Au début de l’année 1858, sur le conseil de ses médecins, Ary Scheffer quitte son atelier parisien de la rue Chaptal pour partir se reposer à la campagne. Ses amis Aubry lui indiquent alors la possibilité de louer à Argenteuil une charmante demeure sise au 49 de la rue Saint-Germain (actuelle rue Henri-Barbusse). C’est là  qu’il s’éteint le 15 juin de la même année.

Karl Marx (1818 – 1883)

Karl MarxLe nom du célèbre philosophe, économiste et militant politique allemand reste attaché à Argenteuil où il venait rendre visite à sa fille et son gendre, Jenny Marx et Charles Longuet. Après un bref passage en 1881, il séjourne une seconde fois chez sa fille en février 1882 avant d’embarquer pour l’Algérie. À son retour, en juillet de la même année, il profite de la proximité des eaux d’Enghien pour y suivre une cure et revient une dernière fois, en septembre 1882. En souvenir de ces célèbres visites, le boulevard, alors dénommé Thiers deviendra, bien plus tard, le boulevard Karl-Marx.

Claude Monet (1840 – 1926)Claude Monet (1840 – 1926)

Monet est attiré par l’Argenteuil de la fin du XIXe siècle : petit bourg de villégiature qui s’industrialise. Il y trouve tout à la fois : palette de couleurs variées et modernité dans le cadre bucolique d’une petite ville entre champs et Seine. Preuve de cette inspiration, il peint, de 1871 à 1878, 259 tableaux dont 156 ont pour sujet la ville d’Argenteuil, prenant pour thème les ponts, les promenades, les régates, le bourg, la campagne environnante et la Seine, thème de prédilection. Il fera notamment construire un bateau-atelier, afin de peindre au plus près de son sujet.

Gabriel Péri (1902 – 1941)

Gabriel Péri (1902 – 1941)Député d’Argenteuil en 1932, réélu en 1936, Péri avait un prestige considérable au sein du parti communiste, aussi bien parmi les militants qu’à l’extérieur, en raison de ses très fortes convictions antifascistes. Révoqué comme tous les élus, sénateurs, députés et conseillers communistes le 26 septembre 1939, lors de l’interdiction de cession du parti communiste, il entre dans la Résistance. Arrêté sur dénonciation le 18 mai 1941, il est fusillé le 15 décembre au Mont-Valérien. En 1970, pour rendre hommage au premier député communiste d’Argenteuil,  la ville érige un monument commémoratif, œuvre du sculpteur Rohal.

Roland Toutain (1905 – 1977)

Roland Albert Toutain est l’un des plus grands cascadeurs de l’histoire du cinéma français du XXe siècle. Adolescent, il se distingue déjà en escaladant la tour Eiffel ou en faisant le funambule dans les carrières d’Argenteuil. En 1925, sa notoriété de cascadeur aérien n'est plus à faire. Archétype de l'acteur bondissant et casse-cou, il incarne notamment Rouletabille dans « Le Mystère de la chambre jaune » et « Le Parfum de la dame en noir » de Marcel L'Herbier, ou bien encore l'aviateur André Jurieux dans « La Règle du jeu », de Jean Renoir.

Partager cet article Contacter un ami !!partager_facebook!! !!partager_twitter!! !!partager_delicious!! !!partager_netvibes!! !!partager_yahoo_bookmarks!! !!partager_messenger!!

Plan du site

Ma Mairie

Mes démarches

Ma Ville

Participation citoyenne

Actualités

Mairie d'Argenteuil

12-14, boulevard Léon Feix
BP 721
95107 Argenteuil Cedex
(France)

Tél : 01 34 23 41 00
Fax : 01 34 23 44 44