Argenteuil Le site de la ville d'argenteuil

Scène épure

Scénographe, Emmanuel Clolus s’est taillé une solide réputation dans le monde du théâtre français. Argenteuillais depuis vingt ans, trois pièces auxquelles il a collaboré sont présentées cette saison au Figuier blanc.

Septembre 1965
naissance à Suresnes

1996
installation à Argenteuil

2014
création de « Soeurs »

2016-2017
« Seuls », « Soeurs » (W. Mouawad) et « La Vie et la mort du roi Richard II » (G. Sevrac-Schmitz) au Figuier blanc

Emmanuel Clolus
Emmanuel ClolusEmmanuel Clolus

 

Ses mains le trahissent. Douce trahison : ces traces noires sont les élégants stigmates d’une volonté de mettre les mains dans le cambouis, fut-il de la peinture de décors de théâtre. Emmanuel Clolus est d’ailleurs plutôt scénographe que décorateur. Nuance. Modeste, ce n’est qu’au détour d’une phrase illustrant un autre propos, que l’on apprendra qu’il a déjà investi l’opéra Bastille ou la prestigieuse cour d’honneur du Palais des papes lors du Festival d’Avignon.

La vingtaine, ses parents laborantins réputés tirent des photos pour Raymond Depardon : Emmanuel trempe dans un bain créatif, mais la révélation viendra d’ailleurs, d’un projet aux arts appliqués, où il doit construire le décor d’un spectacle. Les trois coups d’une vie au service du théâtre venaient de retentir. Oui, « au service », car il insiste : « Je suis là pour défendre les textes et leurs auteurs. » Ses premières scénographies sont remarquées, on lui en commande d’autres, et les amitiés se tissent. Comme avec Wajdi Mouawad, dramaturge libanocanadien, compagnon de route depuis plus de dix ans ou Stanislas Nordey, actuel directeur du Théâtre national de Strasbourg où Emmanuel Clolus enseigne. « Créer, c’est se nourrir des autres. Je fais appel à de nombreux corps de métiers, ce qui m’aide à avoir un rapport clair à ce que je fais », assure le scénographe. Tout comme il aime travailler avec la troupe, hanter les répétitions, disséquer le texte avec l’équipe. « Nous confrontons nos regards, et nous élaborons alors un « espace idéal », pour mettre en valeur le texte. » Dans un premier temps, Emmanuel dessine, réalise des maquettes, propose les matières, verre ou métal pour la porte, voire pas de porte du tout... Il suggère, fuit le réalisme, la fioriture, l’inutile. « On a longtemps parlé de décoration puisque le décor racontait plus ou moins ce qui se trouvait déjà dans la pièce », rappelle Emmanuel. Qui y voit une redondance, gommée par l’évolution vers la scénographie : « Si les murs ne servent à rien, on n’en met pas ». Lui, préfère stimuler l’imagination du spectateur, alternant théorie et fabrication concrète. « Parfois c’est très flou, très intellectuel, mais le public ne doit pas le voir », conclut-il.

Installé à Argenteuil depuis vingt ans, des pièces qu’il a scénographiées sont pour la première fois présentées au Figuier blanc, dont il est un habitué des séances de cinéma. « L’art contemporain ou le 7e art me nourrissent ». Sans se départir de sa modestie pour évoquer ses rêves : « Simplement continuer à travailler avec des gens sur des projets intéressants... »

Plan du site

Ma Mairie

Mes démarches

Ma Ville

Participation citoyenne

Actualités

Mairie d'Argenteuil

12-14, boulevard Léon Feix
BP 721
95107 Argenteuil Cedex
(France)

Tél : 01 34 23 41 00
Fax : 01 34 23 44 44