Ma ville

Les trésors des archives

Les trésors des archives

La charte d’Hugues d’Amiens, sur parchemin

Voir l'image en grand Nicolas Messyasz Le document le plus ancien - 1156La charte ou notice découverte lors de la translation de la sainte Tunique dans une nouvelle châsse* en 1680 - est la première trace écrite attestant de la présence de la relique sur le territoire d’Argenteuil. Elle a été rédigée par Hugues d’Amiens théologien français, archevêque de Rouen en 1129. L’ensemble des documents relatifs à l’histoire de la Sainte Tunique avaient disparu après leur dernière présentation au public en 1934 ; ils ont été retrouvés et confiés aux Archives municipales en 2012.

*Coffre précieux

Le dictionnaire d’Ambriogio Calepino

Voir l'image en grand L’imprimé le plus ancien - 1627Dans le fonds ancien de la bibliothèque historique des Archives, figure ce singulier dictionnaire heptalingue rédigé par le savant italien Ambrogio Calepino ou Ambroise Calepin (exemplaire réédité en 1627). Classé parmi les ouvrages remarquables, il vient d’être restauré en 2016. Par l’ajout inédit de multiples notes au fil des définitions, l’auteur a donné le nom de « calepin » à tous les carnets ou registres permettant de prendre des notes.

La photo-carte souvenir d’un mariage

La photographie la plus ancienne - 1862La photo-carte au format carte de visite apparaît en France dès 1854 et rencontre beaucoup de succès jusqu'aux premières années du XXe siècle.
Cette photo-carte, issue d’un don, est associée au mariage sur Argenteuil de Louis Leroux et et Joséphine Frézières en 1862 avec pour témoin Amédée Braque, ami de la famille, qui n’était autre que le grand-père du célèbre peintre Georges Braque.

Les lettres patentes du roi Louis XIV

Voir l'image en grand La signature la plus illustre - 1697Sous l’Ancien Régime, les lettres patentes sont, parmi les actes officiels, des textes par lesquels le roi rend public à tous un droit, un état, un statut ou un privilège.
Louis XIV en personne officialise ainsi en octobre 1697 la création de l’hôpital d’Argenteuil qui devient le plus important de la région, accueillant les pauvres et les malades de la ville et des communes avoisinantes.

L’affiche de la fête des vendanges de 1896

Voir l'image en grand Le document le plus grand - 1896La collection d’affiches des Archives municipales avec plus de 400 unités comprend de très belles pièces, particulièrement celles consacrées aux fêtes publiques, évocatrices d’une certaine villégiature au charme bucolique. Cette affiche dite pantalon de par son format (1,82m de hauteur) annonce la fête des vendanges assorti d’un marché aux raisins à l’automne 1896.

Médaille du cinquantenaire de l’armistice de 1918

Voir l'image en grand La plus petite unité - 1968Les commémorations marquant le cinquantenaire de la guerre 14-18 ont été particulièrement émouvantes et solennelles. Chaque commune a ensuite attribuée la médaille du cinquantenaire à ses soldats rescapés de la guerre la plus meurtrière de l’Histoire. Cette pièce chargée de symbole, attribuée à un ancien combattant argenteuillais en décembre 1968, sera présentée dans l’exposition commémorative sur la Grande Guerre en 2018.