Argenteuil Le site de la ville d'argenteuil

Ibis Lawrence

Il a collaboré avec les plus grands du reggae et parcouru les scènes du monde. Alors qu’il vient de sortir un nouvel album, Ibis Lawrence est revenu s’installer à Argenteuil qui a su séduire le musicien des Caraïbes

Bio

XXe siècle : naissance en République dominicaine
Fin des années 1980 : installation en France
1991 : sortie du premier album
1989-2003 : vie à Argenteuil
2011 : sur la scène de « Partageons l’été »

Semer le bonheur et récolter l’équilibre de l’âme. Cela dit d’une voix à la rondeur bienveillante. De celles qui vous recueillent comme la plus douce des étoffes de flanelle en hiver, de retour d’une balade en plein blizzard. Ibis Lawrence est de retour à Argenteuil, après y avoir vécu dans les années quatre-vingt-dix. Grand voyageur aux interminables dreadlocks, il a vu le jour à la Dominique en… quelle année déjà ? Ibis n’en dira pas plus : souriante coquetterie. De l’île créolophone et hispanophone des Caraïbes – on y parle aussi l’anglais –, il retient l’influence anglo-saxonne et l’omniprésence de la musique, à commencer par le reggae.

« Mon oncle répétait le dimanche avec son groupe. Un jour, j’avais 15 ans, un musicien ne trouvait pas sa ligne de basse. Je me suis pour la première fois saisi d’une guitare et le leur ai jouée… », se souvient-il, amusé par ce miracle des muses. Autodidacte de toujours, Ibis voit dans l’envol des notes « un outil de réflexion et d’expression ».
Et parle « d’amour, de vie et de simplicité. Ce n’est pas l’argent qui m’importe. » La musique est comme un mode de vie, fait de curiosité, chacun de ses pores s’ouvrant d’un coup de clef de sol.

Après un premier groupe au lycée, il a accompagné comme guitariste puis au clavier de nombreux artistes, de Bankie Banks à Jimmy Cliff. C’est d’ailleurs lors d’une tournée qu’il a découvert l’Europe. Installé en Angleterre, à la fin des années quatre-vingts, il traverse alors la Manche.
« Pour me confronter à une autre langue, en découvrant une culture ».

 

Pour retrouver sa copine de l’époque, il pose ses partitions à Argenteuil en 1989 et sort son propre opus, Earth Citizen. Traduire « citoyen de la Terre » : nous sommes en 1991 et tout est dit. Depuis, il alterne disques solo, productions, accompagnements et arrangements pour les autres et pas des moindres (Alpha Blondy ou Tonton David). Alors qu’il peaufine actuellement le nouvel album de Daddy Yod, Ibis se sent de nouveau bien à Argenteuil. « J’ai été positivement surpris par l’évolution de la ville où la culture a gagné en espaces d’expression », analyse le musicien du monde.

Reconnaissant : « on m’a rapidement fait la fl eur de jouer à Jean-Vilar pour Partageons l’été ». La scène, épiphanie spirituelle pour Ibis. « Pas pour m’y montrer mais partager avec les gens ».

Les gens… Le genre de type à leur vouloir plutôt du bien…

Plan du site

Ma Mairie

Mes démarches

Ma Ville

Participation citoyenne

Actualités

Mairie d'Argenteuil

12-14, boulevard Léon Feix
BP 721
95107 Argenteuil Cedex
(France)

Tél : 01 34 23 41 00
Fax : 01 34 23 44 44