Argenteuil Le site de la ville d'argenteuil

Ourida Ichou

Émerveillé. « Moucharabieh »*, l’exposition d’Ourida Ichou, a suscité ce sentiment unanime chez le public passant au Presse-papier, en décembre dernier. Retour sur le parcours original de l’artiste-peintre, argenteuillaise depuis trente ans.

Bio

1950 : naissance en Kabylie
1982 : installation à Argenteuil
12/2011 : exposition au Presse-Papier
Fin mars 2012 : exposition à Achères

Née en 1950 en Kabylie, Ourida Ichou est arrivée en France à l’âge de deux ans.
Son père, ouvrier chez Hispano-Suiza, partageait son temps libre entre ses activités de militant pour l’indépendance de l’Algérie et sa passion pour le luth. Quant à sa mère, elle avait l’art et la manière de transmettre des contes à ses huit enfants pour les aider à grandir.

Troisième dans la fratrie, Ourida assume cette place un peu difficile, encouragée par sa mère à aller en bibliothèque pour se cultiver. La jeune fille se met à la lecture avec boulimie. Les évènements d’Algérie l’ont profondément marquée. « On n’avait pas le droit de parler ou de revendiquer. Les filles d’immigrés devaient se contenter d’apprendre le français et passer inaperçues. Ce qui m’a fait tenir la tête hors de l’eau, c’est ma passion pour la langue française », confie-telle.

Studieuse, elle fréquente les Ateliers des Beaux-Arts de Paris avant de se marier à 23 ans. Sept ans de vie commune, deux enfants, le divorce.

Ourida quitte Paris et s’installe à Argenteuil en 1982. « Je suis arrivée sans rien, mais j’étais contente de renaître. »
L’essentiel : vivre librement et pratiquer la peinture. Elle  s’inscrit aux Ateliers d’arts d’Argenteuil. « Il y avait des projets de rénovation dans ce quartier et une vie culturelle tout autour », se souvient-elle. C’est là que sa sensibilité artistique éclate… mais cela ne suffit pas pour en vivre !
Elle s’engage dans l’animation d’ateliers et de cours et participe au 150 anniversaire de la naissance de Claude Monet (mai 1990)… Ourida réalise dans la foulée plusieurs toiles entre abstrait et figuratif, sur le thème de la femme dans tous ses états (causeuse, courtisane…).

Verts et bleus en subtils camaïeux reviennent beaucoup dans ses paysages, que l’artiste a traversés lors de ses nombreux voyages. 
Après plusieurs expositions en France et à l’étranger, elle reste pourtant mystérieuse comme « une fée ».
Les gens de son village natal kabyle la surnomment toujours ainsi.

* Allusion aux fenêtres orientales grillagées qui permettent de voir sans être vu

Plan du site

Ma Mairie

Mes démarches

Ma Ville

Participation citoyenne

Actualités

Mairie d'Argenteuil

12-14, boulevard Léon Feix
BP 721
95107 Argenteuil Cedex
(France)

Tél : 01 34 23 41 00
Fax : 01 34 23 44 44