Argenteuil Le site de la ville d'argenteuil

Promenons-nous dans le patrimoine : Saint-Vincent, protecteur des vignerons

Toutes les actualités
Partager Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur Del.icio.us
Semaine après semaine, (re)découvrez les sites remarquables qui font la richesse du patrimoine de la ville ! Le 22 janvier, le calendrier chrétien célèbre la Saint-Vincent. Argenteuil et ce saint ont un lien particulier puisque Vincent est le saint patron des vignerons.

La légende :

Diacre de l'évêque Valère à Saragosse, en Espagne, Saint-Vincent fut arrêté, avec l’évêque Valère, durant les persécutions chrétiennes sous le règne de l’empereur romain Dioclétien. Pour les forcer à  renier leur religion, ils furent emprisonnés sans nourriture, roués et grillés vifs à Valence. Suite à cette torture, Saint-Vincent mourut en l’an 287. Son corps fut lesté et jeté à la mer, mais avant que ses tortionnaires ne regagnent le port, il reparut sur le rivage. Malgré les tentatives, son corps fit encore et encore surface. Les romains finirent par l’abandonner sur la rive, où la légende raconte qu’un corbeau protégea le cadavre des autres oiseaux charognards. Deux siècles plus tard, ce serait Childebert, l’un des fils de Clovis, qui aurait ramené ses reliques en France. En 558, il érigea, pour honorer le saint, l’abbaye de Saint-Vincent, à l’ouest de Paris. Celle-ci deviendra plus tard l’abbaye de Saint-Germain-des Prés.

Ce seraient donc les moines de l’abbaye et de l’Ile-de-France, grands cultivateurs de vigne, qui auraient propagé le culte de Saint-Vincent. Il y avait en ce temps-là, plus de 25 000 hectares de vignes autour de Paris. Et Argenteuil, avec près de 2000 hectares, fut une place majeure dans la fabrication du vin durant le VIIIème siècle. La rue des Vignes aux Moines et la rue Childebert, aux Coteaux, en attestent encore l’existence.

Comme aucun épisode de la vie de Saint-Vincent n’a trait au vin ou à la vigne, plusieurs hypothèses circulent pour établir un lien entre le saint et les vignerons. L’une d’elles supposerait que le rapprochement du saint et des vignerons s’expliquerait par le fait que le vin, lors de l’eucharistie, se transforme en sang du Christ : phonétiquement « vin » et « sang » donnent « Vincent ». Hypothèse renforcée par le fait qu’en tant que diacre, Saint-Vincent était chargé par son statut de verser le vin dans le calice de messe.

Autre théorie, la date de la mort de Saint-Vincent, le 22 janvier, correspond généralement à une période climatique de transition entre l'état d'hibernation de la vigne et celle du retour de la végétation. Autrefois, c’était à cette période que correspondait le début de la taille de la vigne.

A partir du XIIème siècle, on commence à trouver des vitraux ou statues de Saint-Vincent. Le musée d’Argenteuil possède dans ses collections une statue en bois, qui daterait du XVIIème siècle. Elle fut léguée à la ville en 1985 par une famille de vignerons argenteuillaise. Le musée possède également des médaillons de détails sur les vendanges et les vignerons.
Au XIXème siècle, les festivités de la Saint-Vincent duraient deux à trois jours, et réunissait une communauté agricole très importante. Aujourd’hui, les Argenteuillais se retrouvent tous les ans pour la fête des vendanges, durant le premier week-end d’octobre.

Retour

Plan du site

Ma Mairie

Mes démarches

Ma Ville

Participation citoyenne

Actualités

Mairie d'Argenteuil

12-14, boulevard Léon Feix
BP 721
95107 Argenteuil Cedex
(France)

Tél : 01 34 23 41 00
Fax : 01 34 23 44 44