Portraits d'Argenteuillais

Crème de la crème

Portraits d'Argenteuillais Crème de la crème

Portraits d'Argenteuillais

Ilel Oubakrim entame bientôt son Tour de France avec les Compagnons du devoir *, au cours duquel elle complètera sa formation de pâtissier par un diplôme en chocolaterie. Pétillante et dingue de musique, elle sait aussi prendre son temps.

Bio

Avril 2001 naissance à Argenteuil
Février 2014 révélation dite du gâteau au yaourt
Août 2016 démarrage du CAP Pâtisserie
Octobre 2018 début du Tour de France (après sélection).

La maturité s’acquiert-elle uniquement en vieillissant ? Vous avez quatre heures. » Ilel Oubakrim peut aider à répondre. L’ Argenteuillaise, qui vient de décrocher son CAP de pâtissier, va poursuivre sa formation plutôt que d’entrer dans la vie active. Elle est même capable de vous sortir : « J’avais conscience que je n’étais pas prête. » Voir donc ici de la maturité, tout comme dans le choix de son mode d’apprentissage, chez les Compagnons du devoir, une institution un poil stricte, pour la jeune fille qui se rappelle avoir été assez rebelle. « Justement, il me fallait un cadre, hors du milieu scolaire qui ne me convenait pas, alors que j’aurais pu faire mon CAP dans un lycée de Saint-Gratien, explique-elle. Les Compagnons m’ont déjà beaucoup apporté. Les formateurs nous considèrent comme des adultes, nous encouragent énormément. Ils m’ont donné confiance en moi. » Et ce n’est pas fini puisqu’elle s’apprête à entamer son Tour de France, au cours duquel elle devra continuer à passer des diplômes, pendant cinq ans, en changeant de ville tous les ans. Elle va commencer par Nîmes et un nouveau CAP de chocolatier-confiseur. En fin de course, Ilel devra réaliser un “chef d’oeuvre” pour acquérir le prestigieux titre de “Compagnon”.

Regard dans le rétroviseur et confidence : êtes-vous tombée dans le moule à gâteaux quand vous étiez petite ? « Un peu plus tard, en 4e, j’avais faim. Avec une amie, nous avons fait un gâteau au yaourt. J’ai aimé cela, à commencer par goûter la pâte avant la cuisson, puis je me suis mise à faire des gâteaux d’anniversaire. » Le sucre n’allait pas finir de lui coller à la peau, quitte à l’éloigner de son autre vocation : vétérinaire. « Visionner une vidéo de l’opération d’un chien a suffit pour me freiner, d’autant que je me rendais de plus en plus compte que j’avais besoin de la cuisine, du contact de la pâte ; que dans le labo, je suis bien, j’oublie tout, même si cela représente énormément de travail. » Ilel laisse même libre cours à son inventivité en se libérant des recettes de base. « La pâtisserie est un art. »

Sociable, elle se nourrit des rencontres. « Très belles grâce aux Compagnons. Il y règne un esprit de communauté, rassemblant des gens de toute la France, cela ouvre l’esprit », insiste Ilel, qui trouve encore le temps d’écrire, des lettres ou des poèmes. Elle la fan de rap français, « qui a des choses à dire », citant D-ace ou Remy. Et se promet aussi de reprendre la harpe. Car oui, la stupéfiante Argenteuillaise a étudié quatre ans l’original et imposant instrument au conservatoire d’Argenteuil, presque par hasard. « Lors des inscriptions, il n’y avait plus de place en violon et finalement, j’ai adoré. » Quant à l’avenir plus lointain, elle rêve d’ouvrir une pâtisserie-confiserie avec des amies. Quand le projet sera venu à maturité bien sûr…

* Association traditionnelle de formation, vieille de 600 ans. On devient “Compagnon”, après son Tour de France, si votre niveau d’excellence est reconnu par la communauté.