Portraits d'Argenteuillais

Un Messi pour les jeunes

Portraits d'Argenteuillais Un Messi pour les jeunes

Portraits d'Argenteuillais

Le foot de rue des quartiers lui doit ses lettres de noblesse. Le gamin de la cité Bernard Messi, fondateur d’Impulstar et du tournoi de la Ligue d’argent (qui fête ses 10 ans), est devenu un grand.

Bio

29 FÉVRIER 1984 naissance à Paris

1996 arrivée à Argenteuil

2009 lancement de la marque Maghreb United

2010 création de l’association Impulsia

DIM. 18 OCT. 2020 tournoi de la Ligue d’argent (10 ans), stade du Coudray (2 allée R.-Rolland).

Bernard Messi porte bien son nom : c’est aujourd’hui le patron du foot de rue, à la fois guide des nouvelles générations et symbole de réussite. Tout jeune Parisien, après de multiples déménagements, il arrive à Argenteuil en 1996. Il a 12 ans. Un seul élément s’inscrit dans son paysage d’adolescent, du collège Claude-Monet au lycée Fernand-et- Nadia-Léger : le petit terrain de foot du quartier. « Les choses ont un peu changé : le stade où je jouais avec mes potes, c’était un vieux terrain en bitume, aujourd’hui c’est un synthétique [ndla : rénové depuis 2016]. On l’appelle le San Siro, il s’en est passé des choses là-bas...» Un petit carré au Val-Nord, dissimulé entre plusieurs immeubles, qui vaut de l’or pour certains habitants du quartier.

Mais l’histoire ne débute pas là. Rien ne prédispose Nar-B – tout le monde l’appelle comme ça au Val – à devenir le patron du foot de rue. À la sortie des cours, il tâte du ballon rond avec ses amis, pas plus. Après le lycée, licence de droit ; pendant ses études, stage dans le milieu musical. Il travaille pour le label Première Classe, en plein âge d’or du rap français et collabore avec des monstres du milieu : Jacky et Ben-J des Neg’Marrons, Pit Baccardi. « À 20 ans, je suis avec ces rappeurs-là. À 23, je deviens directeur artistique pour un autre label et lance la marque Maghreb United avec Rim K du groupe 113. Ensuite, j’ouvre un restaurant de pâtes, Le 1 000 pâtes, je me cherche vraiment. Et puis l’organisation des tournois a commencé. Avec Impulstar, je me suis trouvé », raconte Bernard.

En 2010, tout le Val-d’Argent se trouve endeuillé, à la suite du décès d’un jeune, accidenté à moto. Bernard Messi veut organiser quelque chose de fort pour rendre hommage au gamin et soutenir sa famille. Ce sera un tournoi de sport. L’événement prend plus d’ampleur que prévu et l’organisateur subodore la bonne idée.

«Beaucoup de jeunes se sont mobilisés, j’ai compris que monter des tournois dans les quartiers allait être utile. Pourquoi ne pas continuer ?» La Ligue d’argent naît comme ça. Aujourd’hui, elle fête ses 10 ans. « À travers cette manifestation, il s’agit de rassembler les quartiers, mettre les jeunes et leur réussite en valeur. Elle révèle des pépites », insiste Bernard. Effectivement, le tournoi est ouvert à tout Argenteuillais, fille et garçon de 8 à 25 ans. Et il n’est même pas nécessaire d’appartenir à un club de foot pour jouer ces matches devant de sacrés recruteurs. Bernard Messi joue avec son carnet de contacts impressionnants. Il parvient à faire venir des grands noms du ballon rond. « Argenteuil est une grande ville de banlieue. Quand on organise un tournoi de quartier, c’est tout de suite un gros vivier de joueurs, susceptible d’intéresser les centres de formation. »

Petit rappel : la Ligue d’argent a vu défiler de nombreux participants, certains devenus professionnels reconnus aujourd’hui comme Lilian Brassier, Claudio Gomes, Magou Doucouré (féminine) ou encore Faitout Maouassa, tous appartenant à des clubs d’excellent niveau et pour la plupart membres de l’équipe de France Espoirs à différents âges. Cette année, le rendez-vous est fixé mi-octobre, où le fondateur espère rassembler 50 équipes et beaucoup de personnalités artistiques et sportives autour des terrains. Quelques changements aussi pour cette 10e édition : des catégories féminines et de nouvelles (8-13 ans, 14-17 ans, 18-25 ans) ; et la représentation de TOUS les quartiers d’Argenteuil : « Nous voulons lutter contre les logiques de territoire, contre toute forme d’exclusion, contre le racisme ; surtout fédérer et unifier la ville et ses habitants tout en mettant en avant les talents d’ici. »