Reportages

Promenons-nous dans le Patrimoine : l'été au fil de l'eau

Reportages Promenons-nous dans le Patrimoine : l'été au fil de l'eau

Promenons-nous dans le patrimoine Le 24/07/2013

Voile, promenade, baignade, dans les années 1860, la Seine était le lieu de tous les plaisirs. Et Argenteuil, avec son bassin naturel, était l'un des emplacements phares du nord de l’Île-de-France. L'arrivée du train en 1851 bouleverse la vie des Argenteuillais, qui avaient coutume de s'égayer sur les bords de Seine, là où les rives s'élargissent et le courant se fait plus calme. Les Parisiens viennent désormais y passer quelques heures, un week-end, en quête de nouveaux loisirs. Baignade, canot, voile... de nombreuses activités s'organisent et les berges deviennent un véritable lieu villégiature.

De nombreuses petites auberges et guinguettes s'installent, accueillant les promeneurs et les sportifs. La ville organise en effet des régates de voile deux fois par an, qui deviennent célèbres. Les amateurs de plein air et de sports se pressent sur les berges pour assister aux courses.

Ces régates ont été immortalisées par Monet en 1869, quelques années avant de s'installer à Argenteuil. Les peintres délaissent peu à peu leurs ateliers pour s'installer au bord du fleuve et travailler les reflets du soleil dans les eaux du bassin, bâtissant le mouvement impressionniste. Monet finira même par faire aménager un atelier sur un bateau, pour être au plus près de son sujet.

En 1892, de nouveaux visiteurs arrivent à Argenteuil, grâce au prolongement de la ligne de chemin de fer jusqu'à Mantes-la-Jolie. De nombreux parisiens investissent dans une maison secondaire, principalement à l'est de la gare. C'est ce qu'on appelle encore aujourd'hui la « colonie parisienne ».

Le canotage est une des activités principales de ces bords de Seine. Apparus au début des années 1830, les canots font fureur auprès du public. En seulement quelques années, on dénombre dans la région parisienne plus de 2000 canots. Ce moyen de transport, devenu objet de loisirs, s'est également transformé en discipline sportive : l'aviron. De nombreuses compétitions sont organisées à cette époque partout en France, et l'aviron devient discipline olympique en 1900. En 1924, c'est sur le bassin d'Argenteuil que se sont déroulées les épreuves des Jeux olympiques. L'industrialisation galopante au cours du XXème siècle a progressivement conduit à la rarification, puis à l'abandon, des festivités et loisir sur les bords du fleuve. Aujourd'hui, la Ville tente de reconquérir les berges de Seine pour renouer avec son passé : durant les festivités du 1er mai, de nombreuses activités nautiques sont organisées (promenades en péniche, en voilier, en pédalo, ... ). Elles récoltent un vif succès chaque année, démontrant l'attachement des Argenteuillais au fleuve qui borde leur ville.

Images

Regates dargenteuil1/1