Actualités

Le protoxyde d'azote

Actualités Le protoxyde d'azote

Santé Publié le 21 décembre 2020

Un gaz pas si drôle

Voir l'image en grandDe plus en plus en vogue chez les jeunes, le protoxyde d’azote (gaz hilarant) peut s’avérer très dangereux. La Ville lance une campagne d’information pour alerter sur ce problème de santé publique. Destiné à un usage culinaire ou médical, le protoxyde d’azote (plus connu sous le nom de gaz hilarant) est de plus en plus consommé par les adolescents, dont certains le détournent en drogue. Facilement accessible en boutique physique ounumérique, bon marché, il est présent dans les cartouches
utilisées pour les siphons de cuisine ou certains aérosols. Une fois transféré dans un ballon de baudruche, il peut être inhalé afin de ressentir une « euphorie comparable à une ivresse », décrit Drogues info service. Cela se traduit généralement par des fous rires, un état de flottement, une désinhibition, des distorsions visuelles et auditives…
Son effet ne dure que quelques minutes et les jeunes consommateurs sont par conséquent tentés d’enchaîner les prises. Si les effets secondaires se résument le plus souvent à des nausées, vomissements, maux de têtes, vertiges…, peuvent apparaître des complications, très sérieuses. Parmi elles : difficultés d’expression et de coordination des mouvements, troubles neurologiques graves, troubles psychiques, détresse respiratoire pouvant aller jusqu’au décès…

La consommation grandissante de ces cartouches inquiète, au point de pousser le gouvernement à prendre des mesures. Le 11 décembre 2019, les parlementaires ont déposé une proposition de loi visant à interdire la vente et l’usage aux mineurs tout en renforçant la prévention et les contrôles. À Argenteuil, le phénomène est également pris au sérieux. Pour informer le plus grand nombre des dangers de ces petites cartouches (en particulier les familles), la direction municipale de la Sécurité et de la Prévention prépare une campagne de sensibilisation (avec mesures restrictives), élaborée en partenariat avec des structures et personnels de santé, bientôt diffusée chez les commerçants, dans les établissements scolaires et lieux publics.


+ d’info ?
> Drogues-Info-Service.fr
0 800 23 13 13 (7j/7, anonyme et gratuit).