Actualités

Stop aux violences conjugales

Actualités Stop aux violences conjugales

Préventions Publié le 01 juin 2021

Qu’elles touchent un homme ou une femme, toutes les violences conjugales sont interdites. La victime qui signale les faits peut bénéficier de nombreuses mesures de protection mises en place par les institutions publiques et les associations. Des mesures qui s’étendent également aux enfants.

Les violences conjugales, c’est quoi ?
Le terme « violence conjugale » regroupe plusieurs types de violences :

  • Psychologique (harcèlement moral, insultes, menaces),
  • Physiques (coups et blessures),
  • Sexuelles (viol, attouchement, même en cas de mariage ou de Pacs),
  • Économiques (privation de ressources financières et maintien dans la dépendance).

Que vous soyez dans une relation sentimentale, marié, concubin, pacsé, divorcé ou séparé, ces violences ne doivent jamais se banaliser.

Que faire en cas d’urgence ?
Alertez la police et la gendarmerie, si votre conjoint ou compagnon vous fait subir des actes de violences conjugales soit via le 17 soit par sms au 114, si vous ne pouvez pas parler.
Si vous avez besoin de soins médicaux, vous pouvez appeler le SAMU au 15 ou les pompiers au 18

Faire constater ses blessures
Il est important de faire constater vos blessures à l’hôpital, chez un médecin ou auprès d’une sage-femme afin d’utiliser ses prévaux pour vous protéger par la suite !

Aide à la victime
En tant que victime de violences conjugales, vous pouvez contacter les organismes suivants :
3919, service spécialisé dans les violences faites aux femmes
Association du réseau France Victimes, via le numéro 116 006 Victimes
Centre d'information des droits des femmes.

Si vous décidez de saisir la justice, un avocat pourra vous assister. Une prise charge partielle des frais est envisageable dans le cadre de l’aide juridictionnelle.
Il faut, avant tout chose, déposer une plainte pour que l’auteur des violences soit poursuivi en justice et qu’il soit condamné pour ses actes. Vous disposez pour cela d’un délai de 6 ans.

Sachez qu’il est possible de bénéficier d’une demande d’ordonnance de protection. Dans ce cas, l’auteur des faits ne pourra plus s’approcher de vous et de vos enfants. L’auteur peut également être contraint, par les autorités, de quitter le domicile. La loi permet, en effet, l’éviction du conjoint ou concubin violent. Le Samu social peut également vous aider si vous avez dû quitter votre domicile à la suite des violences. Vous le contacterez au 115.

Pour plus d’information, consultez le site www.service-public.fr