Portraits d'Argenteuillais

Droit aux buts

Portraits d'Argenteuillais

Le capitaine Christophe Seveste vient de prendre le commandement du centre de secours local. Déterminé, convaincu des bienfaits des échanges entre acteurs de la gestion des risques, il tient à garder un pied sur le terrain, lui l’ancien handballeur de haut niveau.

Bio

1969 Naissance à Moulins (Allier)
1993 Sapeur-pompier professionnel
2010 Reprise des études
2021 Direction du centre de secours d’Argenteuil

La voie était toute tracée. Il a pourtant décidé d’emprunter, dans un premier temps, quelques chemins de traverse. Fils de sapeur-pompier professionnel, Christophe Seveste, à la tête du centre de secours d’Argenteuil depuis début janvier 2021, n’a pas tout de suite suivi l’exemple paternel. D’abord les gymnases et le handball de haut niveau. « J’ai même fait partie des équipes de France Juniors et Espoirs. » Pourtant, depuis qu’il a 16 ans, Christophe Seveste est pompier volontaire. Le bourgeon familial ne demandait qu’un peu de temps pour éclore. « J’ai toujours habité dans une caserne... ». À partir de 1993, il s’éloigne du sport de haut niveau, devient pompier professionnel, atteint le grade de capitaine et occupe différents postes, souvent d’encadrement, lui qui s’intéresse au management.

Rendre service aux citoyens l’épanouit, notamment lorsqu’il vient en renfort en 2003 sur des feux de forêt dans le Sud-Est français ou en Chine, à la suite d’un tremblement de terre. Acharné, il va au bout des choses, n’hésite pas à passer une licence puis un master Gestion des risques. À présent à la tête du centre d’Argenteuil, il va diriger 58 professionnels et 49 volontaires, sans délaisser le terrain. « C’est une grosse unité. Je connais bien le secteur. La commune est riche de sa diversité. » Le capitaine tient à y travailler en collaboration étroite avec les entreprises, la Ville, les différents représentants de l’État, les Polices nationale et municipale. « Les visites de prévention et de sécurité dans les entreprises et les écoles sont précieuses et nous permettent d’échanger. » Christophe n’aime rien tant que les rencontres. Ici dans les théâtres qu’il fréquente plusieurs fois par an ; comme à l’autre bout du monde, en passionné du continent asiatique et des voyages. Dernier exemple avec le tennis et le golf, qu’il pratique en amateur, disputant quelques compétitions. « Pas vraiment pour le défi, j’ai eu ma dose, plus pour aider les organisateurs, tout ce milieu associatif qui ne compte pas son temps pour faire vivre les clubs, notamment pour les enfants. »