Portraits d'Argenteuillais

Livre et vous

Portraits d'Argenteuillais

L’Argenteuillaise Diane Averland vient de publier Alphonsine, premier roman réalisé pendant le confinement. Et ce n’est qu’un début...

Bio

1982 Naissance à Colombes
2009 Installation à Argenteuil
2020
Sortie d’Alphonsine (disponible au Presse-papier)

Dane Averland se dit timide. Mais sait ce qu’elle veut, « pour certaines choses. Choisir le prénom de sa fille ? Un élément non négociable avec le papa, oui. Pour parler d’elle, non. Ou alors.... Ou alors par le truchement de personnages. Ainsi ceux de son premier roman, Alphonsine, que l’Argenteuillaise vient de publier. Son écriture ne doit rien au hasard mais n’est pas dénuée d’une part d’imprévu. J’écris depuis toujours, c’est comme une libération. Un de mes professeurs de français au collège m’a transmis l’amour de la littérature. Certes, mais de là à passer le pas de l’édition, il faut une détermination peu commune. J’ai longtemps travaillé dans l’hôtellerie, puis mon dernier contrat de responsable commerciale chez un traiteur parisien a été rompu alors qu’intervenait le premier confinement, ce qui m’a donné du temps pour écrire ce roman, poursuit Diane. Elle a du piquant, du pétillement dans le verbe et la voix lorsqu’elle évoque son premier ouvrage. Œuvre aux qualités semblables, une comédie romantique dont la lecture fait du bien. Charlotte, trentenaire et concierge dans un palace, y croise Alphonsine, pimpante septuagénaire. Il va leur arriver de nombreuses aventures, drôles parfois. Chacune a une faille, elles vont finir par s’apprivoiser, se soutenir mutuellement, dévoile celle qui préfère donc explorer la vie des autres qu’exposer la sienne. C’est en effet jouissif de me mettre dans la peau de mes personnages, même s’ils sont cruels, sourit-elle.

Le roman est disponible sur le net et dans plusieurs librairies dont Le Presse-papier, à Argenteuil. La commune où elle habite depuis une douzaine d’années, y revenant après y avoir passé une partie de son adolescence, appréciant le passé impressionniste de la cité et les possibilités de balades.Boulimique d’art, grande et éclectique lectrice, des classiques à la science-fiction, elle dit adorer les artistes. Et poursuit sa vie en écriture. Deux autres bébés de papier sont déjà dans ses tiroirs. Diane Averland ne rêve-t-elle pas de vivre de sa plume ?