Portraits d'Argenteuillais

Une vie, un violon

Portraits d'Argenteuillais

Il a débuté l’instrument à 6 ans dans sa Russie natale. Devenu concertiste, installé
en France, Vadim Tchijik enseigne le violon depuis 25 ans. Le quarantenaire vient de rejoindre le conservatoire d’Argenteuil.

Bio

1975
Naissance à Moscou

1993
Arrivée en France

2021
Enseignement au conservatoire
d’Argenteuil


2022
Concert à l’Hôtel de ville.

Certains naissent avec une cuillère en argent dans la main, lui c’est un archet dont il tire des notes dorées. Joint à Alba (Italie), et en partance pour l’Allemagne, le violoniste Vadim Tchijik se partage entre ses tournées et ses cours. L’archet est un héritage paternel. Enfant, son père était membre
de l’orchestre moscovite du Bolchoï. « J’ai toujours baigné dans la musique, confirme celui qui débute le violon très jeune, puis fréquente l’École centrale spéciale de musique du conservatoire Tchaïkovski de Moscou. Elle forme l’élite musicale russe. À 18 ans, son apprentissage se poursuit en France, où son père a rejoint l’orchestre de Montpellier. J’ai intégré le conservatoire national supérieur de musique, à Lyon, avant de me perfectionner dans différentes écoles à travers le monde : Allemagne, Pays-Bas, États-Unis... Je désirais découvrir des enseignements différents, rappelle Vadim.

Est-il doué ? Pas trop de doute là-dessus... Il étudie avec les très grands, dont Ivry Gitlis ! Une carrière de musicien professionnel se profile sérieusement, d’autant qu’il enchaîne prix et concours et sort ses premiers enregistrements. Soliste de différents orchestres, le musicien se produit donc à travers le monde, où il ne manque jamais de visiter les églises. Elles ont toutes une architecture incroyable. J’ai aussi créé et programme plusieurs festivals comme celui d’Hyères. Décortiquer l’œuvre, comprendre ce que voulait dire le compositeur et sentir le public est merveilleux. En parallèle émerge son désir d’enseigner afin de partager son savoir. C’est un équilibre à trouver, qui permet notamment de faire profiter mes élèves de mon expérience de soliste. Le partage : incontournable richesse pour Vadim. Et Argenteuil ? J’étais titulaire au conservatoire d’Issy-les-Moulineaux et désirais changer. Alors, quand un poste s’est libéré ici, à 20 minutes de chez moi, je n’ai pas hésité. » Forcément. Une proximité dont le public francilien va pouvoir profiter dans quelques mois : l’ensemble Les Virtuoses, que Vadim a fondé et dirige, se produira à l’hôtel de ville d’Argenteuil, au printemps prochain.