Portraits d'Argenteuillais

Hommage aux artistes

Portraits d'Argenteuillais Hommage aux artistes

Portraits d'Argenteuillais

Christine Devos vient de restaurer la maquette de la cité, exposée à L’Atelier jusqu’en
janvier. L’Argenteuillaise, pour qui l’art est une composante incontournable de la vie, voit
dans son métier de restauratrice d’œuvres, une alliance de transmission et d’hommage
aux créateurs.

Bio

1966naissance près de Caen
1994
diplôme d’État de restauratrice
2007
installation à Argenteuil
2021
restauration de la maquette
d’Argenteuil en 1789, présentée dans

le cadre de l’exposition
Paysage{s},
proposée à L’Atelier (19 rue Notre-

Dame)
jusqu’au 23 janvier.

Elle redonne lustre à des œuvres d’art, et bien plus que cela. Christine Devos, restauratrice d’œuvres sculptées et en 3D, vient d’intervenir sur la maquette représentant Argenteuil en 1789. Signée René Janson, datée de 1939, celle-ci se trouve actuellement présentée à L’Atelier, dans le cadre de l’exposition Paysage{s}.


Régulièrement, le centre G.-Pompidou, Le
Louvre ou encore le musée d’Orsay font appel à ses talents. Elle qui, obsédée par le dessin « depuis toute petite, suivait les cours du soir à l’École régionale des beaux-arts de Caen avant de décrocher son diplôme d’État, après cinq ans d’études à l’école de restauration de Tours.


Cela va des œuvres archéologiques à des
pièces contemporaines. Si elle a ainsi pu assurer la restauration d’œuvres de Niki de Saint Phalle, elle a aussi eu la chance de participer à celle de la Victoire de Samothrace en 2014, émerveillée de découvrir les détails, du plumage des ailes par exemple, visibles uniquement depuis l’échafaudage. Je reste émue devant cette subtilité liée à l’amour du beau, à la conscience professionnelle. C’est admirable et à admirer au Louvre*, invite-t-elle.


Il est pour elle nécessaire de transmettre ces
chefs-d’œuvre aux générations futures et de rendre hommage à leurs créateurs en leur redonnant leur beauté initiale. Ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour embellir notre vie au prix parfois de la leur, en prenant des risques aussi... Un mauvais geste d’un sculpteur pouvait avoir d’énormes conséquences, sans retour en arrière possible. Nous les honorons en toute humilité car nous ne sommes pas des créateurs mais des passeurs, poursuit-elle. Très touchée par l’art brut, elle cite Rembrandt comme Mucha, l’art grec ou la Renaissance italienne, et voit dans les arts, au sens large, un puissant mélange de lucidité et d’aveuglement qui aide à supporter le quotidien et transcender notre finitude.


Pour cette première intervention à Argenteuil
où elle vit depuis une quinzaine d’années, elle a replacé maisons décollées, arbres déplacés ou nettoyé des zones encrassées sur la maquette de plâtre, bois et éléments végétaux. Tout autant passionnée que face à la Victoire de Samothrace.

* En marbre blanc, sculpture de femme ailée, installée en haut de l’escalier principal du musée ; devenue l’une des figures emblématiques du Louvre

S.Le.

Sur une idée de Manon Caveribère